Accueil » Rédactions » Craig Mullins – Grand Maître EXPOSÉ

Craig Mullins – Grand Maître EXPOSÉ

 

L’art de Craig Mullins, Grand Maitre EXPOSÉ 1
Rédigé par : Leonard Teo, Traduction : 3DVF – Le 25 Août 2003 

Illustration de Manhattan pour Final Fantasy: The Spirits Within.

 

 

Alors que je suis assis en train d’écrire ces mots sur Craig Mullins, je ne peux m’empêcher de contempler ses oeuvres, muet d’admiration. A chaque nouveau regard que je pose sur ses images, je découvre des éléments nouveaux et des détails intéressants. On dit qu’une image vaut parfois mieux que mille mots. Si c’est le cas, le travail de Mullins en vaut quelques millions, peut-être même plus.

En juin 2003, quand le jury de l’ouvrage EXPOSÉ 1 a dû choisir un Grand Maître pour la première édition de ce recueil d’art numérique, il a été unanimement voté que Craig Mullins devait être le porteur de cette première récompense. Pendant que nous rédigions le texte de présentation de ses impressionnantes illustrations, Craig a choisi quelques unes de ses planches préférées pour les partager avec les lecteurs de CGNetworks.

Il y a quelques années, Craig s’est rendu compte que l’ère numérique l’avait libéré de toutes contraintes géographiques; il s’est ainsi installé à Hawaï avec son épouse Jennifer où il continue de travailler en tant qu’artiste et illustrateur pour beaucoup de scènes de films et pour des projets très spécifiques.

Craig Mullins chez lui à Hawaii avec sa fille Molly et son chat Kat.


 

 

C’est avec grand plaisir que nous célébrons le talent de Craig Mullins et la contribution qu’il a apportée au monde de l’art numérique en l’honorant de la récompense majeure d’EXPOSÉ , le ‘Grand Master Award’ . Vous pouvez également en savoir plus sur son oeuvre en visitant son site : https://www.goodbrush.com/.

 

A propos de Craig Mullins
Ce californien de 39 ans passera deux années au Pitzer College à Claremont, avant d’étudier le design et la conception de produits à l’institut ‘Art Center College of Design’. Mullins découvre bientôt qu’il est doué pour dessiner des voitures, ce qui le poussera à travailler 6 mois chez Ford à Détroit. Il comprend également que son instinct créatif est un peu trop étrange pour coller avec l’industrie de la conception automobile. Il retourne alors au ‘Art Center College’ pour continuer ses études d’illustrateur et finit par obtenir son diplôme en 1990.

Craig Mullins: « J’ai commencé à utiliser Photoshop pour faire des retouches sur un matte réel réalisé pour un spot publicitaire sur le British Petroleum, et j’ai rapidement remarqué combien ce logiciel pouvait être pratique. John Knoll (le Co-créateur de Photoshop) m’a proposé d’essayer de faire une composition entièrement avec Photoshop. Je me suis vite rendu compte que je n’avais aucune idée de la façon de peindre avec comme dans le réel, je ne savais même pas si c’était possible. Ce fut une véritable expérience pour toutes les personnes concernées. Le résultat ressemblait plutôt à un montage photo, mais c’est passé sans problème. »

 

 

« J’ai acheté un Apple Quadra 700 33MHz équipé de 36 Mo RAM en 1993. J’avais envie de scanner des roughs en couleur (j’ai commencé par faire des petits essais de peinture avant de produire une oeuvre finale conséquente) et de m’amuser avec à l’aide de Photoshop. On pouvais ainsi tester beaucoup de variantes très rapidement. Progressivement, l’ordinateur a permis d’automatiser de plus en plus de tâches. Au début, le plus dur était de convaincre les clients d’accepter des illustrations numériques. Je pense qu’ils avaient quelques a priori sur l’aspect désordonné des textures procédurales, mais j’ai décidé de continuer sur cette voie. Je me rappelle être en train de conduire en ville pour installer AOL à des clients pour pouvoir leur envoyer des travaux en cours. »

« A l’heure actuelle, j’essaye de progresser dans un maximum de domaines d’illustration. Je pense que c’est la meilleure chose pour moi en tant qu’illustrateur, cela me permet de garder un large regard sur l’industrie. Il y a beaucoup de choses et d’aspects différents dans mon travail. »

 

 

 

Style
Craig Mullins : « Mon style est le résultat du mélange de centaines d’influences et du peu d’idées (vraiment peu) que je peux trouver. Je pense que d’une certaine manière, ma vie de tous les jours y contribue aussi. Je suis une sorte de dinosaure, et je ne veux pas trop réfléchir à la manière, bonne ou mauvaise, d’utiliser ces fantastiques outils numériques qui auraient fait du bruit il y a 150 ans. L’idée du ‘concept d’originalité’ comme étant la plus haute valeur en art est légitime, mais il y a d’autres manières de voir les choses. Le fait de porter l’étiquette de « révolutionnaire » a tendance à être très convoité. J’espère simplement ne pas la porter. »



Inspiration
Craig Mullins: « J’aime aprendre de nouvelles choses, pas simplement sur l’art mais sur le monde en général. Plus j’apprends, mieux c’est. Sauf en ce qui concerne la composition; plus j’en sais sur la composition, moins j’arrive à composer! »

 

 

 

 

A propos du « Chevalier Déchu » (à gauche)
Craig Mullins: « Cette image est typique de moi. J’ai commencé sur une base qui avait un aspect affreux, et je l’ai sauvée dans un énorme répertoire « unfinished », dans lequel je mets les images dont je ne suis pas satisfait, qui iront à la corbeille ou que je finirai plus tard, en attendant d’avoir une idée pour les arranger. Elle est passée par ce processus plusieurs fois, et puis un jour, cela a finalement fonctionné. Je ne ne sais pas comment c’est venu; peut-être une grande révélation. En mettant l’image de côté quelque temps, je laisse travailler mon subconscient afin de m’aider. Je l’oublie quelque temps; soit j’en tire quelque chose, soit je n’en tire rien du tout. »

 

 

A Lire également