Perrine Gauthier - IA, RN, Luce in the Lovely Land - A Lamb's Stew
Accueil » Rédactions » IA, contexte politique, projets en cours et à venir : Perrine Gauthier (La Cabane/Thuristar) nous répond !

IA, contexte politique, projets en cours et à venir : Perrine Gauthier (La Cabane/Thuristar) nous répond !

Cet article est également disponible en: English

Avec leurs badges « Made by Humans » au Festival d’Annecy, les équipes des sociétés de production et studios de création La Cabane Productions et Thuristar (connues notamment pour la série Mush-Mush & les Champotes) se sont démarquées, dans un contexte où beaucoup de studios affichent plutôt une position d’adoption prudente.
Perrine Gauthier, productrice/cofondatrice de La Cabane, productrice/partenaire chez Thuristar, a par ailleurs réagi publiquement suite aux remous politiques en France et à l’approche des législatives.
Enfin, La Cabane/Thuristar ont multiplié les annonces autour de leurs projets durant et après Annecy.

Trois bonnes raisons d’interviewer Perrine Gauthier pour en savoir plus !

Perrine Gauthier

3DVF : Perrine, à Annecy les équipes de La Cabane / Thuristar se sont distinguées par un badge “made by humans”, dans un contexte où beaucoup d’autres studios nous ont expliqué que l’adoption de l’IA générative leur semblait être inévitable. Quel message se cache derrière ce badge ? Quelle est la position de La Cabane/Thuristar, et la tienne, sur ce sujet ?

Perrine Gauthier – La Cabane Productions / Thuristar : Une semaine avant le Festival d’Annecy / Mifa, on m’a partagé une vidéo du compositeur Laurent Couson qui y fait une analyse concrète et étayée des inquiétudes d’un créateur vis-à-vis des outils d’IA Générative. J’ai trouvé ce témoignage particulièrement éloquent, et touchant aussi. Peut-être parce que l’un de mes associés (Frederik Segers) est compositeur, mais surtout parce que ces inquiétudes concernent tous les métiers artistiques (et pas que). Je me suis réveillée le lendemain avec la ferme intention d’exprimer un soutien à ces “chers humains”. J’ai partagé mon idée de badge avec Britt Raes (autrice-réalisatrice de Luce Et Le Rocher et Luce Au Lovely Land) qui a réalisé l’illustration le jour même ; on aimait toutes les deux le symbole des bras levés, et je trouvais important de représenter les artistes visuels mais aussi l’écriture, les voix et la musique. 24h plus tard ce petit projet de dernière minute partait en impression dans un atelier nantais et on a reçu les badges juste à temps pour Annecy, lieu de rencontre d’artistes par excellence…

L’annonce du badge sur LinkedIn

La position de La Cabane et Thuristar vis-à-vis de l’IAG est assez simple : nous n’utilisons pas d’outil d’IAG sur nos projets et nous n’avons pas l’intention de le faire ; et aucun des trois studios prestataires avec lesquels nous travaillons actuellement n’utilise ces outils sur nos productions. 

A chaque nouvelle sortie d’outil aux performances plus folles les unes que les autres, j’en reviens à me poser la même question : tout automatiser et tout standardiser, est-ce que c’est vraiment ce que nous voulons, en tant que société, en tant qu’entreprise, en tant qu’individus ? A l’échelle de ma personne et de mon entreprise, la réponse est non. Et je ne pense pas qu’on doive voir l’usage massif de l’IAG comme une fatalité ; le libre-arbitre aussi est un outil puissant, et les décisions des chef.fes d’entreprise ont un impact sur les personnes et sur la société. Et à titre encore plus personnel, j’aime travailler avec les gens… donc la perspective d’un film fabriqué en copiant-collant des prompts dans Dream Machine ne me fait pas vraiment rêver ! Blague à part, ce sont les répercussions sur l’emploi et sur le droit d’auteur, et donc sur les personnes, qui nous préoccupent le plus.

Comme souvent, le danger vient de l’usage massif, déraisonné voire abusif, d’un outil ; je discutais à Annecy avec Nicolas Schmerkin (Autour de Minuit) qui développe en ce moment un court-métrage dont le réalisateur expérimente avec l’IAG pour obtenir une texture particulière, dans des décors qu’il a peints à l’huile sur bois. L’IAG est nourrie avec des images créées par l’artiste, au service de sa recherche, et ne prend le poste de personne. Cet exemple est évidemment très différent d’une série animée à succès dont l’adaptation et le doublage français ont été générés par l’IAG (élément déclencheur de #TouchePasMaVF) ou des raisons qui poussent des milliers d’artistes à quitter Instagram pour Cara… 

3DVF : Quelles ont été les réactions, à la fois en ligne lors des partages sur les réseaux, et sur place durant le Festival ?

Je ne pensais pas que cette initiative susciterait autant d’intérêt, mais en voyant les retours sur les réseaux, j’ai compris que j’avais vu un peu juste en n’imprimant “que” 300 badges 🙂 Nous avons reçu beaucoup de messages d’étudiants, d’artistes et d’une grande variété de professionnels dont l’inquiétude est grandissante, qui plus est dans une période où les projets et les offres d’emploi se font plus rares. A Annecy, on a également été approchés par des producteurs, des distributeurs, des institutions, des journalistes, etc. 

Je crois que ce qui a plu dans cette idée c’est d’une part le fait d’afficher un soutien, et de le faire de manière positive, en mettant en avant l’humain. Et le talent graphique et l’univers coloré de Britt y contribuent beaucoup ! 

Ça a aussi été l’occasion de discuter avec quelques artistes, scénaristes ou producteurs qui ont une position très différente sur le sujet, et qui voient les outils d’IAG comme une opportunité plutôt qu’un risque. Le risque sur l’emploi est pourtant bien réel et des exemples concrets sont visibles, comme le montre cet article publié par la BBC la semaine dernière.

3DVF : Tu as aussi posté un message post-MIFA/Festival (reproduit ci-dessous) dans lequel tu évoques le contexte politique, à la fois au niveau global et en ce qui concerne l’impact dans le monde de l’animation. Peux-tu nous en dire plus ? 

C’est la première fois que je prends la parole de cette manière sur le plan professionnel ; à situation exceptionnelle, réaction exceptionnelle. Cette édition du Festival et du Mifa était l’occasion pour La Cabane et Thuristar de partager de bonnes nouvelles, mais difficile de se réjouir de la signature d’un partenariat avec France Télévisions, le jour où le Rassemblement National annonce sa volonté de privatiser l’audiovisuel français ; compliqué de trinquer à l’obtention d’une subvention MEDIA / Creative Europe, quand on apprend que Reconquête prévoit de supprimer ces aides si précieuses à la création et à la coopération européennes, et à la promotion de l’éco-responsabilité et de la diversité à l’écran et dans les équipes ; et impossible de faire abstraction de la remise en question de l’intermittence du spectacle par ces mêmes partis. 

Ci-dessus et ci-dessous : le message posté par Perrine Gauthier après le Festival d’Annecy et le MIFA.

Mon message était une façon de partager cet “humble envers du décor”, et une petite démonstration des conséquences catastrophiques que l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir aurait sur l’animation, l’audiovisuel, la culture et bien plus largement sur notre société. 

Quand on dirige une entreprise, on le fait avec des envies, des principes et des valeurs. La plupart du temps, celles-ci ne s’expriment pas sous la forme d’opinions politiques, mais elles définissent notre positionnement, nos choix de projets, notre façon de manager une équipe, etc. Quand les droits et les libertés des personnes sont attaqués, quand les valeurs humanistes et pluralistes qui nous animent sont profondément remises en cause, elles le sont autant dans la sphère pro que dans la sphère perso.

3DVF : Autre sujet d’actualité, la transition écologique. La Cabane rend public le bilan de la saison 2 de la série Mush-Mush (avec un changement radical de pipeline que nous avions détaillé sur 3DVF). Pourquoi ce choix de rendre l’information publique ? Quels sont les enseignements à tirer pour les futurs projets ? Et pour les studios qui souhaiteraient se lancer dans ce genre de bilan, as-tu des conseils ?

On a finalisé le calcul du bilan carbone juste avant Annecy (avec l’outil Carbulator développé par AnimFrance), suite à l’achèvement de la production de Mush-Mush saison 2. Le résultat de 91 tonnes eqCO2, détaillé sur le graphique ci-dessous, est très encourageant. C’est une vraie satisfaction pour l’équipe, notamment suite au changement (un peu osé) de pipeline entre deux saisons ! Mush-Mush saison 2 est la 1ère série long-form produite avec Unreal Engine en Europe, donc c’est intéressant de montrer ce que pèsent ces départements, au moment où d’autres productions sont en cours avec Unreal.

Et c’est aussi intéressant de constater le poids des trajets, de l’alimentation, du streaming, etc. dans les émissions.

En animation, peu de bilans carbone ont été publiés à ce jour, et chaque projet est différent. Ce qui en ressort surtout pour nous c’est que le bon bilan de Mush-Mush saison 2 tient principalement à trois facteurs :

  • de petites équipes, en interne chez La Cabane et Thuristar, et chez nos prestataires Shards, Autour du Volcan [NDLR : studio lié à la société de production Autour de Minuit] et Borderline (qui par ailleurs ne sont pas des gros studios)
  • un seul déplacement aérien sur toute la production
  • un nombre significatif de personnes végétariennes ou végétaliennes dans les équipes

Pour nos projets à venir, plutôt qu’un pipeline unique qui ne serait pas adapté à la diversité de nos projets, on favorise la sensibilisation des équipes aux facteurs d’émissions (déplacements, alimentation, etc) et on participe activement à cette démarche. Je n’ai fait aucun déplacement professionnel en avion depuis plus de 6 ans ! Et Joeri Christiaen (fondateur de Thuristar et co-fondateur de La Cabane) a lancé le “Vegan Wednesday” : l’occasion, pour les personnes qui le souhaitent, de partager un repas végétalien tous les mercredis, et de découvrir d’autres habitudes de consommation. On veille à adopter une démarche proactive, mais non intrusive et respectueuse de chacun.e.

La récolte (anonyme) d’information et la mise en place des outils de suivi est longue, mais une fois ceci en place, le processus est largement facilité pour les productions à venir (grâce au super boulot de Sylvia Gigli et Laura Person qui travaillent à mes côtés !). On peut aussi remercier nos prestataires qui ont vraiment joué le jeu ; en prod comme en post-prod, tous ont été réactifs, ce qui nous a permis de réaliser un calcul au plus proche du réel. Tout ce processus devrait être encore facilité et se démocratiser avec la sortie de la V3 du Carbulator fin 2024 [NDLR : voir cette vidéo pour plus de détails sur la V3, à partir de 38 minutes 43].

3DVF : Revenons sur les projets de La Cabane/Thuristar. Du côté de Luce in the Lovely Land, vous avez annoncé un partenariat avec France Télévisions. Quelques mots à ce sujet ?

Oui, France Télévisions a confirmé son engagement sur le développement de notre nouvelle série Luce Au Lovely Land de Britt Raes, dont le pitch au Cartoon Forum 2023 avait marqué les esprits. Britt et moi sommes très heureuses de ce partenariat, qui complète parfaitement le soutien précieux de VRT-Ketnet en Belgique. Nous avons aussi reçu de forts intérêts pour la distribution internationale et des préventes européennes. 

Luce Au Lovely Land (39 episodes de 7 minutes) est une série de contes colorés et décalés mettant en scène Luce, une enfant audacieuse, qui ouvre chaque matin la petite fenêtre de sa chambre avec un œil curieux sur le monde qui l’entoure. Chaque jour, c’est le début d’une nouvelle aventure qu’elle partage avec son meilleur ami, un Rocher géant. Ensemble, ils explorent l’inattendu, rencontrent d’étonnantes créatures et découvrent de nouveaux points de vue. Dans cet univers bourré d’inventivité visuelle et narrative, Luce nous invite à regarder le monde autrement !

La série est adaptée du court métrage Luce Et Le Rocher, coproduit par Thuristar, La Cabane, Thuristar et Studio Pupil en 2022. Le film, distribué par Miyu Distribution, a été sélectionné dans plus de 200 festivals, diffusé sur FTV/Okoo, VRT-Ketnet, RTBF, RTS, Telefonica, etc. et sorti en salles par Les Films du Préau. 

3DVF : Enfin, et malgré une époque remplie d’incertitude, vous préparez évidemment l’avenir avec un projet qui sera dévoilé au Cartoon Forum, A Lamb’s Stew.
De quoi s’agit-il ? 

A Lamb’s Stew (Mijoté De Brebis en français) est notre premier projet de Spécial original (nous avons produit plusieurs Spéciaux de Mush-Mush ces dernières années). Il s’agit d’un unitaire de 30 minutes en 3D (avec des séquences en 2D), écrit et réalisé par Joeri Christiaen, destiné à un public familial. 

Le film raconte l’histoire de Billie, une petite brebis déterminée à prouver que les moutons aussi sont des animaux courageux, dans un monde où chaque Clan Animal est défini par son apparence avant tout. Billie décide de se confronter au Loup qui rôde dans la forêt et sème la terreur sur tous les Clans. Mais le Loup se révèle être bien différent de la terrible bête qu’elle imaginait…

J’aime bien dire que c’est un film qui parle de l’image qui colle aux poils ; il y est question de d’apparences, de préjugés et d’avoir le courage de sortir du lot, ou plutôt du troupeau !

Joeri a collaboré avec Claire Paoletti (L’Odyssée de Choum) en tant que consultante à l’écriture, et en ce moment nous fabriquons le teaser pour le Cartoon Forum, en interne (animatique / design / layout / animation) et avec Shards (assets / rendu / FX / compo) qui était déjà studio prestataire sur Mush-Mush saison 2. 

La 3D de A Lamb’s Stew et sa direction artistique très stylisée, sont bien différentes des décors semi-réalistes de Mush-Mush ; à ce stade on imagine une fabrication full Blender, ce qui est déjà le cas du teaser. L’été s’annonce bien chargé !

3VDF : Merci Perrine pour ces réponses ! Nous suivrons évidemment l’avancée de ces différents projets.
D’ici là, et pour les personnes qui nous lisent, vous pouvez redécouvrir la précédente interview de Perrine Gauthier, qui donne d’autres éléments sur les projets à venir de La Cabane, ou sa conférence aux RADI-RAF, qui évoque le pipeline Blender/Unreal.

Laissez un commentaire

A Lire également