Accueil » Rédactions » Interview – SolidAnim – Isaac Partouche

Interview – SolidAnim – Isaac Partouche

Interview en compagnie d’Isaac Partouche
Co-fondrateur de la société SolidAnim


3DVF – Isaac, merci pour ce moment en ta compagnie. Cela fait un moment que l’on se croise, mais nous n’avions jamais pris le temps de présenter ton travail et ce que vous faites chez SolidAnim. Aussi pour commencer, peux-tu nous présenter l’historique du studio SolidAnim aux lecteurs de 3DVF ?

Isaac Partouche : Nous avons créé Solidanim en 2007 avec mes deux associés, Emmanuel Linot et Jean-François Szlapka.

La société a donc aujourd’hui 5 ans. Au départ, notre objectif était de créer un outil de travail pouvant apporter des solutions techniques à la production d’animation. Nous avions travaillé tous les 3 dans différents secteurs, cinéma d’animation, VFX et jeux vidéos. Nous avions la volonté d’offrir des solutions pouvant répondre à ces 3 marchés. Initialement, notre activité se concentrait autour de la capture de mouvement, avec l’acquisition d’un premier système Optitrack, puis de notre propre système VICON. Mais rapidement, nous avons voulu aller plus loin en offrant des solutions de captation faciale et de mouvements de caméras. En 2010, nous avons donc créé notre département R&D afin de développer nos propres outils. Cette équipe regroupe aujourd’hui cinq personnes, et nous commençons enfin à utiliser les résultats de ce développement.



3DVF – Isaac, peux-tu nous en dire plus sur ton parcours et celui de tes associés ?

 

Isaac Partouche : Nous nous sommes rencontré en 2000 à Ex-Machina et puis avons chacun eu des parcours différents. Moi en VFX à Londres pendant 3 ans chez MPC; j’ai travaillé sur plusieurs projets : «  Charlie la chocolaterie », «  Troy », « Kingdom of even ». Jean-François a officié en tant que Directeur Mocap sur différents projets, avec moi et Emmanuel Linot, en tant qu’animateur puis directeur d’animation sur des long-métrages et plusieurs jeux vidéos.


 

3DVF – Avec de telles spécificités, comment positionnez-vous la société sur la marché, que ce soit à l’échelle francophone, mais surtout à l’internationale ?

 

Isaac Partouche : Avec notre petite structure et le réseau de graphistes avec qui nous travaillons, nous pouvons aujourd’hui être très réactifs et répondre à des projets de plus en plus ambitieux. Nous avons notre propre studio à Ivry sur Seine et nous venons d’ouvrir une antenne à Angoulême. Chacun est équipé de 24 caméras Vicon que nous pouvons fusionner si besoin. Nous répondons donc aux projets de longs-métrages, à des série d’animation, des jeux vidéos et le studio d’Angoulême permet notamment d’optimiser les coûts pour des longs tournages. Notre volonté d’être présents à l’international s’est manifestée dès la création de Solidanim. Nous avons un bureau commercial à Londres, grâce auquel nous avons pu participer à des projets importants comme « 10000 BC », « Watchmen » et dernièrement « Hugo Cabret » pour la prévisualisation on-set.

 

A Lire également