Luc Froehlicher – Spot GDF (LaMaison)

 


3DVF : Quels logiciels avez-vous utilisés pour la 3d et le compositing de ce spot ?


Luc : Nous avons utilisé XSI 3.0 et Mental Ray, 3Dequalizer, RealFlow/RealWave, Inferno pour le compositing et Combustion pour la rotoscopie.



3DVF : Quels atouts vous procurent-t-ils dans votre méthologie de travail ?


Luc : On a opté , lors de la création de La Maison pour des outils fiables et éprouvés en production. On a essayé de se concentrer sur un nombre réduit de prestataires avec lesquels on a développé des relations fortes et fidèles.




GDF “Dolce Vita” © 2002, Australie – Quad



3DVF : Sachant La Maison fidèle à Softimage, peux-tu nous parler de ce qui vous semble le plus important dans un logiciel de 3D ?


Luc : Avant d’ouvrir La Maison , nous produisions avec Softimage SI3D depuis plusieurs années. Toute l’équipe était opérationnelle sur ce soft. On a eu très peu de temps pour switcher et j’ai donc décidé de continuer avec Softimage. XSI était alors en version 1.0 , loin d’être utilisable en production. C’etait un pari risqué. Mental Ray a aussi énormément pesé dans la balance.





 

XSI est aujourd’hui un logiciel qui profite de toute l’expérience de Softimage, d’une architecture jeune, donc moderne, qui intègre Mental Ray mieux que toutes les autres solutions du marché. De plus, Softimage offre un support utilisateur hors du commun vis-à-vis de ses clients. C’est très rassurant d’avoir un contact étroit avec ses fournisseurs logiciels.



3DVF : Avec quelle technique modélisez-vous vos personnages ? Dans Dolce Vita, on dirait qu’ils ne sont là qu’en tant que référence ?


Luc : Les personnages utilisés dans GDF sont une simple mise à l’échelle des primitives Man et Woman de XSI. Ils sont là en référence pour l’animation, participent au rendu pour la séquence des boules et de l’eau (photomappe pour les réfractions et réflexions).




GDF “Dolce Vita” © 2002, Australie – Quad



3DVF : Comment les animez-vous ? Avez-vous recours à de la motion capture ?


Luc : Ils ont été animés à la main, en keyframe; pas de MoCap


3DVF : De quelle manière avez-vous travaillé pour obtenir un éclairage et une intégration parfaite des éléments 3d dans le décor ?


Luc : On a eu la chance de disposer d’un système Spheron sur le tournage.C’est un système génial qui permet d’acquérir une map HDR de 13000 * 6000 pixels avec 26 fstops en moins de 20 minutes sur le plateau. Au final , évidemment on s’est servi uniquement d’une fraction de ces infos…

D’une manière générale, pour obtenir une intégration parfaite de la 3D dans des décors réels je ne connais qu’une méthode : la 3D en layers séparés et de la finesse au compositing… On essaye aussi systématiquement de pousser à avoir des interactions entre la 3D et le réel, ca aide énormément à la crédibilité des plans.




GDF “Dolce Vita” © 2002, Australie – Quad

Chargement....

A Lire également