Bruce Willis
Accueil » Non, Bruce Willis n’a pas vendu son image pour jouer dans des films en deepfake

Non, Bruce Willis n’a pas vendu son image pour jouer dans des films en deepfake

Cette article est disponible en: English (Anglais)

Vous avez sans doute vu tourner l’information en fin de semaine : selon plusieurs médias comme le Telegraph, Bruce Willis aurait revendu les droits d’utilisation de son apparence à une société spécialisée dans les deepfakes, avec à la clé de futurs films le mettant en scène via trucage.
Rappelons que les deepfakes sont une technique reposant sur l’IA et le deep learning qui permet d’effectuer des trucages vidéos poussés, par exemple en remplaçant le visage d’une personne par une autre. Ce type d’approche a par exemple permis à l’émission Hôtel du Temps de créer des interviews de célébrités disparues.


L’annonce d’un Bruce Willis en deepfake au cinéma était rendue crédible par le fait que l’acteur a récemment annoncé la fin de sa carrière après un diagnostic d’aphasie (pathologie du système nerveux qui peut causer des problèmes dans la compréhension et l’expression orales, entre autres).

L’annonce a donc été assez largement reprise, notamment dans les médias français. Problème : l’info n’en est pas une.

Bruce Willis dément, l’entreprise de deepfakes aussi

L’équipe de Bruce Willis a en effet indiqué « qu’aucun accord ou partenariat » n’a été signé à ce sujet avec Deepcake, la société spécialisée dans les deepfakes censée détenir les droits d’utilisation de l’image de l’acteur.
Deepcake a de son côté également confirmé ne pas détenir ces droits.

D’où vient l’erreur ?

La méprise du Telegraph vient en fait d’un véritable partenariat entre Bruce Willis et Deepcake, mais qui n’a rien à voir avec le cinéma. En 2021, Bruce Willis était apparu sous forme de deepfake dans une campagne publicitaire pour un opérateur téléphonique : et en coulisses, on retrouvait le studio CGF et… Deepcake, qui avait créé la doublure numérique par deepfake. Deux semaines de travail et environ 34 000 photos et vidéos avaient été nécessaires pour entraîner l’outil.
Voici le résultat et un making-of :

Deepcake dispose donc bien de quoi créer un Bruce Willis dans des films, mais indique clairement que tout usage futur nécessiterait l’accord de Bruce Willis. Ce qui n’est absolument pas prévu pour le moment.

Une fausse nouvelle, mais une vraie tendance ?

Si l’information est erronée, elle est le reflet d’une tendance qui semble inéluctable.

Les derniers films et séries de l’univers Star Wars ont déjà pris l’habitude de faire intervenir des doublures numériques pour mettre en scène des personnes décédées (Carrie Fisher, Peter Cushing) ou pour rajeunir un acteur le temps d’une séquence (Mark Hamill, par exemple).
Et si ces exemples s’appuient sur des effets visuels « classiques » avec modèle 3D, il est évident que les deepfakes vont eux aussi trouver leur place dans cette situation.

En parallèle, on note que les contrats d’utilisation de l’image de personnalités sont eux aussi bien réels : Marvel a par exemple acquis les droits du nom et de l’apparence de Stan Lee, notamment pour le cinéma et sur une durée de 20 ans.

Il est donc probable que l’on verra se multiplier ce genre d’accord autour d’actrices et acteurs ayant pris leur retraite ou après leur décès. Quitte, évidemment, à détailler précisément dans les contrats les limites de l’usage d’une doublure numérique.

A Lire également