La Course aux oeufs - Huevocartoon
Accueil » La Course aux oeufs : le Mexique s’invite dans les salles françaises, notre critique !

La Course aux oeufs : le Mexique s’invite dans les salles françaises, notre critique !

Mise à jour du 11 avril : découvrez désormais notre critique du film sous la bande-annonce !

Le 12 avril sort au cinéma le film d’animation La Course aux oeufs. Un timing qui ne doit rien au hasard, ce film centré sur des oeufs arrivant stratégiquement en salles pour les vacances de Pâques.

La Course aux oeufs nous vient tout droit du studio mexicain Huevocartoon et du duo de réalisateurs Gabriel et Rodolfo Riva Palacio Alatriste. Ces derniers sont à l’origine d’une licence à succès au Mexique, à base d’oeufs anthropomorphes. Elle s’est décliné en courts-métrages, sur le web et sous forme de films d’animation, donnant au passage le studio Huevocartoon. C’est la première fois qu’un de ces films sort en salles côté français.

Voici le pitch du film, suivi de la bande-annonce de La Course aux oeufs (Un rescate de huevitos en VO) :

Coco et Dina, un coq et une poule qui vivent au Mexique, viennent d’avoir deux petits œufs d’or. Mais ceux-ci sont rapidement kidnappés par un grand chef proposant un menu à base de rares variétés d’œufs au cœur de l’Afrique. Les deux parents entreprennent alors un périple à l’autre bout du monde pour sauver leurs enfants, aidés par leurs amis de la ferme et de la savane.

Nous avons pu nous plonger dans La Course aux oeufs avant sa sortie, et suivre les aventures de Coco et Dina.
Venant d’une licence qui sera sans doute une découverte totale pour une bonne partie du public français, nous nous demandions si le concept fonctionnerait : puisque ce nouveau film ne va pas forcément présenter et caractériser à nouveau toute la bande de personnages, on pouvait craindre une certaine confusion. Au final, ce n’est pas le cas, pour plusieurs raisons : Coco et Dina sont rapidement réintroduits, et de nombreux personnages font leur apparition pour la première fois, à commencer par les deux oeufs d’or. Par ailleurs, départ pour une autre contrée oblige, de nombreux personnages croisés en chemin sont en fait totalement nouveaux.

Plusieurs personnages secondaires auraient pu mériter une réintroduction (les oeufs blancs et une tranche de bacon visibles sur la vignette de la bande-annonce par exemple), mais leur rôle est au final assez anecdotique, et le simple fait de les distinguer visuellement est amplement suffisant pour ne pas perdre le jeune public. Le character permet justement d’éviter tout souci à ce niveau, même s’il ne brille pas forcément par son originalité : les deux jeunes oeufs auraient mérité un peu plus d’audace que des baskets bleues/roses, un bonnet et des couettes.

La Course aux oeufs - Huevocartoon

Côté scénario, pas de révolution : des personnages égarés qu’il faut retrouver, des aventures qui mèneront notre équipe éclectique à l’autre bout du monde, un message assez classique avec un papa poule qui apprend à faire confiance à ses enfants : on navigue en terrain connu.
La Course aux oeufs se présente avant tout comme une comédie qui n’a pas forcément vocation à proposer une humour très neuf. En témoignent les blagues de pet présentes dès le début du long-métrage. Pas d’une grande finesse, même si la recette sera sans doute efficace auprès du jeune public.
Nous avons noté quelques blagues ou références destinées au public adulte qui accompagnera les plus jeunes : une antagoniste russe fan de Vladimir Poutine, des reprises ou échos à 2001 de l’Espace et à la scène de ralenti de X-Men : Days Of Future Past, en passant par un concours du type La France a un Incroyable Talent.

Enfin, si les origines mexicaines sont présentes, leur influence reste assez légère : le film est clairement pensé pour une audience internationale.

Au final, à défaut de briller par son originalité, La Course aux oeufs est une production assez efficace, avec de multiples péripéties et retournements de situation, de nombreux personnages, des décors variés. On espère donc que l’équipe Huevocartoon saura faire preuve de plus d’audace à l’avenir. Nous ne manquerons pas de suivre leurs prochaines productions.
D’ici là, La Course aux oeufs est donc visible dès le 12 avril au cinéma. Le film vise les 5 ans et plus, et dure 1h30.

La Course aux oeufs - Huevocartoon

Voici pour finir quelques images du film, suivies de l’affiche :

Huevocartoon Producciones
La Course aux oeufs - Huevocartoon
L’affiche de La Course aux oeufs
La Course aux oeufs - Huevocartoon

Laissez un commentaire