Accueil » Emploi dans l’animation et les effets visuels : après la crise, le rebond ?

Emploi dans l’animation et les effets visuels : après la crise, le rebond ?

Ci-dessus : Moi, Moche et Méchant 4 – Illumination – © Universal Pictures

Depuis de nombreux mois, les secteurs de l’animation et des effets visuels traversent une crise marquée par une chute du nombre de recrutements. Voici un point sur la situation et les perspectives pour les mois à venir, pour ce qui concerne la France.

Causes et situation : un rappel

Les causes de la crise sont connues : il s’agit notamment des conséquences de la grève des scénaristes et acteurs/actrices aux USA en 2023. Faute de scénarios ou de voix, des projets ne se sont pas faits ou ont été retardés, provoquant un creux en cascade sur les métiers associés : pour les VFX par exemple, c’est avec quelques mois de décalage que l’impact s’est vraiment fait sentir, quand ces projets auraient dû entrer en postproduction. Et ce, même si les studios français ont évidemment cherché des relais de croissance : un studio VFX nous parlait récemment de son travail pour des documentaires, qui apportait de l’air frais en attendant un réveil du cinéma.
Autre facteur important, les plateformes de streaming : après des investissements massifs lors de leur lancement, et en particulier durant le coeur de la période COVID pour conquérir des abonnés, le marché a donné un coup de frein très net.
Enfin, la situation économique mondiale a aussi un impact : les taux d’intérêts élevés font qu’emprunter et investir coûte davantage.

Autant de facteurs qui ont freiné l’emploi. Pour la France, le Datalab Audiens (groupe de protection sociale du secteur de la culture, de la communication et des médias) nous permet de voir que pour l’animation, après plusieurs années de croissance nette, les effectifs et donc recrutements ont fortement chuté dans le courant de 2023. En 2024, les chiffres restent nettement sous ceux de 2022 et 2023.

Emploi dans l’animation en France – source : Datalab Audiens
Effectifs : nombre de personnes salariées. Chaque personne n’est comptabilisée qu’une seule fois par mois de visualisation, même si elle enchaîne plusieurs contrats.
Masse salariale : indice de base 100 fixé au mois de janvier 2019
Indicateurs calculés à partir des déclarations mensuelles des entreprises employant des salariés de la culture et des médias.

Autre thermomètre de l’emploi, celui du taux de placement en sortie d’école. Ici, les données manquent ou sont peu fiables : les écoles qui affichent dans les plaquettes des chiffres ne prennent pas toujours les mêmes critères. Certaines tentent d’ailleurs de gonfler artificiellement les chiffres en considérant que toute personne sortant du cursus et ayant un emploi est placée, même si cet emploi n’a rien à voir avec l’animation/les VFX et a été accepté faute de mieux.

En revanche, nous avons pu échanger sur le sujet avec les écoles plus sérieuses. Assez clairement, les promotions sorties en 2023 ont vécu des mois difficiles. Même les élèves d’écoles de qualité et bien connues, ayant créé des films de fin d’études de qualité, ont pu connaître des difficultés. Certaines écoles nous ont ainsi parlé d’un taux de placement ayant chuté largement sous les 50%, et donc plus de la moitié de personnes fraîchement diplômées ne trouvant pas de poste, même plusieurs mois après la sortie de l’école et malgré un solide profil.

Une situation sombre, d’autant plus que ces nouveaux entrants ont bien souvent des prêts à rembourser.
Restait à voir si, à l’été 2024, le secteur allait enfin redresser la tête.

Bientôt la relance ?

Le Festival d’Annecy nous a permis d’acquérir quelques nouvelles auprès des studios mais aussi d’autres entreprises : par exemple notre partenaire Progiss qui conseille et fournit de nombreux studios, ou l’équipe de la plateforme collaborative de gestion de production Kitsu. Nous avons aussi rendu visite, lors de jurys, à différentes écoles telles qu’ARTFX, Creative Seeds, 3iS, Georges Méliès, VFX-Workshop, Piktura. Et donc échangé avec les studios venus sur place, qu’ils soient dans l’animation ou les effets visuels.

De tous ces éléments, il en ressort quelques points majeurs.

Tout d’abord, sans surprise, la crise se poursuit : on l’a vu avec l’espace recrutement qui s’est fortement réduit à Annecy, ou au fait que bien des studios venaient en école prendre des premiers contacts, mais sans avoir de poste à pourvoir immédiatement. Les studios continuent cependant à prendre contact pour étoffer leurs bases, donner des conseils aux nouveaux entrants.

Malgré cette absence de vague de recrutement, l’optimisme semble de retour. Annecy 2024 a semble-t-il été une édition riche en rendez-vous et nouveaux projets, et l’équipe Kitsu nous expliquait que les statistiques de leur plateforme semble indiquer un frémissement chez leurs clients.
Autrement dit : nous aurions touché le fond du trou, et le début de la relance s’amorce.

Ci-dessus et dessous : au Festival d’Annecy, les studios n’ont pas chômé, qu’il s’agisse d’entités françaises comme MIAM ! Animation ou de stands étrangers.

Ce ressenti se confirme auprès des studios croisés dans les jurys après le Festival d’Annecy. Pas vraiment de recrutements massifs pour le moment, mais plusieurs studios auront besoin de talents à partir de septembre-octobre. Et plus généralement, la fin de l’année 2024, le début de l’année 2025 sont perçus par de nombreuses entités comme l’échéance à partir de laquelle l’industrie pourrait enfin relever la tête.

Ci-dessous : le stand Mikros Animation, durant le Festival d’Annecy, avec une queue permanente de talents souhaitant montrer demoreel et portfolio pour rejoindre le studio.

A plus long terme, les studios ont évidemment des projets dans les cartons, à l’image de Fortiche qui nous expliquait en interview travailler sur un long métrage mais aussi sur d’autres projets, leur objectif étant d’ailleurs de densifier fortement le rythme des sorties, et donc de développer leurs équipes.

Optimisme prudent

Il convient évidemment de garder une certaine prudence : les mois à venir sont encore incertains.

Le contexte politique en France peut avoir un impact, comme nous l’indiquait en interview Perrine Gauthier de La Cabane/Thuristar. Le RN a ouvertement évoqué une privatisation de France TV, et la remise en question des soutiens financier du volet MEDIA du programme Creative Europe. De quoi avoir un impact réel sur l’animation.

Par ailleurs, les investissements dans le secteur pourront être influencés par l’évolution des taux d’intérêt.
On pense aussi aux récents remous au Québec du côté des crédits d’impôts, dont l’impact sur le reste du monde est encore difficile à évaluer.

Enfin, l’IA et son potentiel de bouleversement auront des effets dans les mois, années à venir qu’il est encore difficile de prédire.

Bref : malgré des éléments incitant à l’optimisme, le ciel n’est pas encore bleu.
Nous suivrons évidemment les évolutions du secteur de près.
D’ici là, n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux: FacebookX/TwitterInstagramLinkedInYoutube.

Pour les personnes qui sortent d’école et cherchent un stage pour valider leur diplôme, nous vous invitons aussi à (re)voir le live que nous avions présenté en début d’année. Les équipes de recrutement de plusieurs studios apportaient leurs conseils.

00:00:00 – Introduction
00:01:55 – Typologie des Studios
00:02:07 – Bobbypills
00:03:23 – Brunch Studio
00:04:55 – Fortiche
00:06:02 – HARI
00:07:09 – Illumination Studios Paris
00:08:20 – TNZPV
00:09:31 – Fix Studio
00:10:49 – WIZZ
00:11:40 – Anim Talents Club ?
00:12:34 – Contraintes légales et organisationnelles
00:22:24 – Que faire si la loi n’est pas respectée ?
00:23:27 – Gestion des candidatures
00:33:24 – Préparez votre candidature – Do & Don’t
00:48:42 – Q&A
00:48:48 – Q&A Stage & Télétravail, JO
00:51:36 – Q&A Recrutement après le stage
00:53:17 – Q&A Stage après l’école ?
00:54:10 – Q&A Si le studio ne répond pas ?
00:52:02 – Q&A Le stage, une obligation ?
00:56:51 – Q&A Regardez-vous les réseaux sociaux des candidat.e.s ?
00:57:49 – Q&A Importante de la lettre de motivation
00:58:21 – Q&A Quels outils pour gérer les candidatures ?
00:59:13 – Q&A Bande démo généraliste ?
01:00:55 – Q&A Exercices perso vs d’école ?
01:01:33 – Q&A CV : quel niveau de détail ?
01:22:23 – Q&A Et l’alternance ?
01:04:42 – Q&A Portfolio: Artstation, Instagram
01:06:54 – Q&A Storyboard, Technical Animator, etc
01:08:20 – Q&A Congés pendant le stage
01:09:47 – Q&A Contact direct sur LinkedIn ?
01:11:42 – Q&A Que faire si portfolio peu rempli ?
01:13:10 – Q&A Handicap & aménagement de poste
01:14:28 – Q&A Périodes de creux ?
01:15:17 – Q&A Etudes à l’étranger & stage en France ?
01:15:47 – Q&A Stage quand on n’est pas en école d’anim/VFX ?
01:16:40 – Q&A Les studios préfèrent-ils les fins de cursus ?
01:17:49 – Q&A Mélanger 2D/3D dans la bande démo ?
01:18:13 – Q&A Entretien ?
01:19:49 – Q&A Linktree
01:20:01 – Q&A Convention de stage si pas en école ?
01:20:40 – Q&A Pseudo d’artiste
01:21:15 – Q&A Festival d’Annecy : conseils ?
01:22:53 – Q&A Que faire si pas de réponses positives ?
01:24:10 – Q&A Tests en entretien ?
01:24:39 – Q&A Quand postuler ?
01:25:15 – Conclusion, ressources

Laissez un commentaire

A Lire également