Annecy 2022
Accueil » Annecy 2022 : un programme riche pour une édition 100% physique

Annecy 2022 : un programme riche pour une édition 100% physique

Hier soir se tenait dans les locaux du CNC la conférence de presse du Festival d’Annecy. Mickaël Marin (directeur), Marcel Jean (délégué artistique) et Véronique Encrenaz (responsable du marché du film) nous ont dévoilé les principaux temps forts de l’édition 2022, qui se tiendra du 13 au 18 juin.

20 films ont été dévoilés en sélection, répartis dans les compétitions L’Officielle et Contrechamps. Voici la vidéo dévoilée par le festival pour annoncer l’approche de cette édition 2022, suivie du détail de la sélection. Plus bas, nous évoquons aussi le choix d’un évènement 100% physique, et les prévisions d’affluence.

Sélection L’officielle

  • Charlotte, d’Eric WARIN, Tahir RANA
    Production : JANUARY FILMS, WALKING THE DOG – WTD, LES PRODUCTIONS BALTHAZAR (Belgique, Canada, France)
    « La vie trop brève de la peintre juive-allemande Charlotte Salomon, décédée à Auschwitz à l’âge de 26 ans, nous est racontée dans ce film poignant qui permet de découvrir un tempérament artistique exceptionnel emporté par le tourbillon de l’Histoire. » Marcel Jean 
  • Goodbye, DonGlees! d’Atsuko ISHIZUKA
    Production : KADOKAWA PICTURES (Japon)
    « Sorti au Japon en février dernier, Goodbye DonGlees! est à la fois une histoire d’amitié et un récit d’initiation. Drôle, émouvant, proche de la nature, un film qui plaira aux amateurs d’anime. »
  • Interdit aux chiens et aux Italiens, d’Alain UGHETTO
    Production : LES FILMS DU TAMBOUR DE SOIE (France, Italie)
    « Jasmine avait été la révélation du Festival d’Annecy 2013. Presque dix ans plus tard, Alain Ughetto est de retour avec un film puisant une fois de plus dans le bassin autobiographique, un film dans lequel le dispositif narratif repose une fois de plus sur la mise en représentation des moyens de production du film. Le Festival d’Annecy est heureux de renouer avec cet auteur trop rare. »
Documentaire d’animation – français, italien, suisse – Sortie: 2021 – 2020 – Réalisateur: Alain Ughetto – Scénaristes: Alain Ughetto – Alexis Galmot – Anne Paschetta –
  • Le Petit Nicolas – Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? d’Amandine FREDON, Benjamin MASSOUBRE
    Production : BIDIBUL PRODUCTIONS, ONYX FILMS (France, Luxembourg)
    « Reproduire en animation le trait de Sempé et ajouter de la couleur aux dessins de l’artiste représentait tout un défi. Défi relevé par une équipe talentueuse qui n’a jamais choisi la facilité et qui nous permet de retrouver la verve de Goscinny autant que la souplesse de Sempé. Un grand film populaire qui, espérons-le, fera le pont entre les générations ! »
  • Misaki no Mayoiga, de Shinya KAWATSURA
    Production : DAVID PRODUCTION (Japon)
    « Adaptation soignée d’un roman de Kashiwaba, ce long métrage ravive le souvenir du tragique tremblement de terre de 2011 et du tsunami qui a suivi. Si la facture du film peut sembler classique dans ses premières minutes, la suite est pourtant pleine de surprises avec des segments flirtant avec l’expérimentation. »
  • My Love Affair with Marriage, de Signe BAUMANE
    Production : THE MARRIAGE PROJECT, LOCOMOTIVE PRODUCTION, ANTEVITA FILMS (États-Unis, Lettonie, Luxembourg)
    « L’une des grandes voix de l’animation féministe contemporaine, Signe Baumane livre ici un deuxième long métrage qui poursuit une démarche à la fois unique et cohérente. C’est à la fois intime et drôle, sans compter le bonheur que nous procurent les chansons qui viennent ponctuer le récit. »
  • Nayola, de José Miguel RIBEIRO
    Production : PRAÇA FILMES (Portugal, Belgique, Pays-Bas, France)
    « Politique et social, José Miguel Ribeiro plonge dans l’histoire de l’Angola pour raconter le destin de trois femmes d’une même famille, hommage aux combats des courageuses Angolaises dont les vies sont marquées par la violence de l’Histoire. Le passage au long métrage très réussi d’un court métragiste de renom. »
  • Saules aveugles, femme endormie, de Pierre FOLDES
    Production : MIYU PRODUCTIONS, CINÉMA DEFACTO (Canada, France, Luxembourg)
    « Voilà peut-être le long métrage d’animation le plus attendu de l’année ! Adaptation libre de quelques nouvelles d’Haruki Murakami, le film est hautement singulier, sa construction respectant le caractère des nouvelles dont le cinéaste s’inspire. »
  • L’Île, d’Anca DAMIAN
    Production : APARTE FILM (Roumanie, France, Belgique)
    « Dans son style unique et toujours surprenant, Anca Damian, récipiendaire du Cristal du long métrage en 2012, revisite librement le mythe de Robinson Crusoé, offrant aux spectateurs une plongée dans son univers baroque. »
  • Unicorn Wars, d’Alberto VAZQUEZ
    Production : ABANO PRODUCIÓNS, UNIKO ESTUDIO CREATIVO, AUTOUR DE MINUIT, SCHMUBY PRODUCTIONS (Espagne, France)
    « Prolifique et surdoué, l’Espagnol Alberto Vazquez nous gratifie de son deuxième long métrage, qui étonne par son opulence visuelle, par sa mise en scène généreuse et par son originalité. Un plaisir pour les yeux autant que pour l’esprit ! »

Sélection Contrechamp

  • Aurora’s Sunrise,d’Inna SAHAKYAN
    Production : GEBRÜDER BEETZ FILMPRODUKTION, BARS MEDIA, ARTBOX LAISVALAIKIO KLUBAS, VS! (Allemagne, Arménie, Lituanie)
    « Dans ce documentaire animé mis en scène avec minutie par Inna Sahakyan, la star du cinéma muet Aurora Mardiganian reprend vie pour raconter le génocide auquel elle a survécu. Voilà une œuvre qui trouve son souffle dans les bourrasques de l’Histoire. » Marcel Jean 
  • Home Is Somewhere Else, de Carlos HAGERMAN, Jorge VILLALOBOS
    Production : BRINCA ANIMATION STUDIO, SHINE GLOBAL (États-Unis, Mexique)
    « Un autre documentaire animé, abordant cette fois le sort et les rêves des jeunes Mexicains migrant vers les États-Unis. Trois histoires pour autant de styles graphiques et techniques, un film d’une actualité brûlante. »
  • Khamsa – Le Puits de l’oubli, de Khaled CHIHEB
    Production : D-CLIK (Algérie)
    « Quel bonheur d’accueillir pour la première fois un long métrage algérien dans cette compétition ! Lent, contemplatif, presque ésotérique, Khamsa fait parfois penser à Laloux, parfois au Laguionie de Gwen… Au final, le résultat est éminemment personnel et laisse espérer de beaux lendemains pour l’animation du Maghreb. »
  • L’Autre Forme (La otra forma), de Diego GUZMAN
    Production : HIERRO ANIMACIÓN, SMITH & SMITH (Colombie)
    « C’est au Colombien Diego Guzman que revient l’honneur de représenter l’Amérique du Sud dans la section Contrechamp cette année. Il nous offre un film d’anticipation, sans dialogue, un voyage intriguant dans un univers hallucinant. »
  • Les Démons d’argile (Os demónios do meu avô), de Nuno BEATO
    Production : SARDINHA EM LATA, MARMITAFILMS, CARETOS FILM (Espagne, France, Portugal)
    « Véritable plongée dans le roman familial, Les Démons d’argile surprend par son passage d’une technique à une autre, autant que par la densité de son discours sur les racines et l’impact de celles-ci sur nos relations sociales. »
  • Pléthore de nords (Ikuta no Kita), de Koji YAMAMURA
    Production : YAMAMURA ANIMATION, MIYU PRODUCTIONS (France, Japon)
    « Habitué du Festival, Koji Yamamura nous arrive avec un premier long métrage contemplatif et énigmatique, qui suscite une lente fascination tant son graphisme soigné se déploie en subtilité. Un film à découvrir. »
  • Quantum Cowboys, de Geoff MARSLETT
    Production : FIT VIA VI (États-Unis)
    « Voici un bien étrange western, pour lequel le cinéaste utilise la rotoscopie et introduit des éléments de voyage dans le temps. Une surprise aux yeux des sélectionneurs, que nous souhaitons aujourd’hui partager avec les festivaliers. »
  • Silver Bird and Rainbow Fish, de Lei LEI
    Production : C RAY STUDIO, CHINESE SHADOWS (États-Unis, Pays-Bas)
    « L’artiste chinois Lei Lei nous revient avec ce long métrage foisonnant dans lequel il explore son passé familial, livrant une sorte de grand collage surréaliste pétri de références au pop art. D’abord projeté à Rotterdam, Silver Bird and Rainbow Fish est l’un des objets les plus singuliers de la sélection d’Annecy 2022. »
  • Tae-il-i (Chun Tae-il: A Flame That Lives On), de Jun-pyo HONG Production : MYUNG FILMS (Corée du Sud)
    « Voilà un film qui nous entraîne au cœur des luttes ouvrières des tailleurs de Séoul. De facture classique, ce drame social émouvant est basé sur la véritable histoire d’une des figures emblématiques du mouvement ouvrier. »
  • Yaya e Lennie – The Walking Liberty, d’Alessandro RAK 
    Production : MAD ENTERTAINMENT SPA (Italie)
    « Pour sa troisième présence en compétition à Annecy, l’Italien Alessandro Rak nous revient avec un film enjoué, une fable écologique de science-fiction. Yaya e Lennie semble parfois transposer Des souris et des hommes dans un univers postapocalyptique. »

Séances évènements

Du côté des Séances Evénements, le programme est également riche et varié.

  • Le film d’ouverture du festival sera Les Minions 2 : Il était une fois Gru.
MINIONS: THE RISE OF GRU
  • Sony dévoilera les premières images de Spider-Man: Across the Spider-Verse (Part One), réalisé par Joaquim Dos Santos, Kemp Powers et Justin K. Thompson.
  • Le Festival sera aussi l’occasion de découvrir quelques images du film Le Chat Potté 2 : la Dernière Quête, réalisé par Joel Crawford (DreamWorks Animation).
Les Chat Potté 2 : La Dernière Quête
  • Les réalisateurs Jean-Christophe Roger et Julien Cheng présenteront un aperçu d’Ernest et Célestine, le voyage en Charabie, tout droit venu du studio Folivari.
  • Le long métrage Les Secrets de mon père de Véra Belmont.
  • Les studios Disney présenteront Strange World. A cette occasion, la réalisatrice Jennifer Lee (réalisatrice et scénariste de La Reine des Neiges 1 & 2, directrice créative des studios Disney) recevra un Cristal d’honneur.
  • Pixar dévoilera Buzz l’éclair de Disney et Pixar en avant-première et en présence du réalisateur du film Angus MacLane, de la productrice Galyn Susman.
  • Netflix Animation dévoilera Le Monstre des mers, de Chris Williams.
THE SEA BEAST – Jared Harris as CAPTAIN CROW. Cr: Netflix © 2022
  • Toujours chez Netflix, une présentation globale des projets animés du service de streaming, dont le Pinocchio de Guillermo del Toro.
  • Michel Ocelot présentera Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse et recevra un Cristal d’Honneur.
  • No7 Cherry Lane de Yonfan sera présenté en director’s cut.
  • Une présentation de la série Gremlins: Secrets of the Mogwai, en présence de Joe Dante, Tze Chun, Brendan Hay.
  • Perlimps, d’Alê Abreu, dont le WIP avait fait forte impression en 2021.
  • Sing a Bit of Harmony, anime musical signé Yoshiura Yasuhiro.
  • Dounia et la princesse d’Alep, de Marya Zarif et André Kadi.
  • Inu-Oh de Masaaki Yuasa, produit chez Science Saru.

WIP, Courts, films TV, VR, conférences…

Outre ces long-métrages, vous trouverez sur le site officiel le reste de la sélection en compétition, qu’il s’agisse des dizaines de courts-métrages retenus, des films TV ou de commande, ou encore des oeuvres VR.

Les conférences WIP sont aussi disponibles, avec notamment Unicorn: Warrior Eternal de Genndy Tartakovsky, un projet VR impliquant Wallace et Gromit, et le prochain film de Nora Twomey et Cartoon Saloon, Le Dragon de mon père.

Photo Annecy Festival / E. Perdu

MIFA : le grand retour ?

Du côté du MIFA, le versant professionnel du salon, l’équipe a été très claire : l’objectif est de revenir sur un format pré-pandémie en termes d’échelle et de contenu, avec plus de 170 stands, 8000 mètres carrés de surface.
Au menu :

  • De nombreux stands communs géographiques : délégations Animation UK, Téléfilm Canada, Telefilm/Sodec, ICEX en Espagne, ICE en Italie, la Corée avec KOCCA, régions françaises, Amérique Latine, stand Afrique.
    La Suisse aura évidemment droit à un espace spécifique, le pays étant à l’honneur cette année.
    A noter, l’Ukraine sera présente avec un stand dédié. Ce dernier est d’habitude financé par l’Ukrainian Animation Association, mais elle ne dispose plus des soutiens habituels en raison du conflit en cours : le MIFA a donc choisi de prendre à sa charge le financement d’un stand.
    La Chine, Taïwan, Hong-Kong ne feront pas le déplacement en raison des contraintes sanitaires locales.
  • sessions de pitch avec des des pays toujours plus divers (nouveaux pays tels que l’Azerbaïdjan, le Malawi, le Pakistan et le Tadjikistan) ;
  • sessions de recrutement ;
  • Meet The…, des rencontres entre professionnels sur des segments ciblés (musique, programmation de festivals, instituts, etc) ;
  • un focus sur l’industrie de certains pays ou zones géographiques (Canada, Espagne, Canaries) ;
  • projections partenaires ;
  • Share With en compagnie de chaînes et plateformes : WarnerMedia Kids & Family, HBO Max, Amazon, Apple TV, France TV, BBC Children, ZDF, Rai Kids, etc.

Le programme du MIFA est déjà en partie disponible en ligne, avec les rendez-vous habituels :

Le détail complet des conférences MIFA sera annoncé très prochainement, mais on sait par exemple déjà qu’une présentation sur les femmes de l’animation japonaise sera proposée dans le cadre du MIFA Campus.
Les habituelles conférences de presse sont aussi prévues : France Télévisions, AnimFrance, Disney, ON kids & family, CANAL+, Ellipsanime Productions (Groupe Média-Participations), Groupe M6, Fonds de soutien aux œuvres d’animation, TeamTO (qui célèbrera les 4 ans de son école solidaire, l’ECAS).

Précisons enfin que le MIFA abritera l’espace XR, qui sera agrandi et disposera d’un espace dédié aux conférence et présentations de projets.

Photo Annecy Festival / K. Pauli

Quelle affluence prévue ?

Le choix d’un retour au 100% physique s’explique de plusieurs manières, et notamment une envie claire de l’équipe de renouer avec ce qui fait la force du festival, ainsi que la difficulté d’organiser une édition hybride (qui revient à gérer deux festivals en parallèle).

Cette décision nous semble logique : le Festival d’Annecy est un évènement dont la force est son ambiance, entre les projections dans une salle électrisée, les rencontres physiques avec des artistes du monde entier, les personnes croisées par hasard dans les allées du MIFA, la vieille ville d’Annecy. En outre et comme l’a souligné l’équipe, un festival en ligne est forcément plus réduit : les ayants droits n’ont aucun problème à projeter leurs films à Annecy, mais sont plus frileux à l’idée de les proposer via un accès mondial et en ligne.
Enfin, l’édition hybride de l’an passé s’était soldée sur un bilan de 8500 accréditations (réparties de façon à peu près équivalente entre physique et dématérialisé), alors que l’équipe avait annoncé 12 300 accréditations pour Annecy 2019. On peut donc penser que de nombreuses personnes ont préféré ne pas prendre l’accès en ligne, et tout simplement faire une croix sur leur participation.

En pratique, l’équipe du Festival se montre optimiste mais prudente sur l’affluence prévue, préférant ne pas donner d’objectif chiffré ou de prévision pour 2022.
Marcel Jean a cependant souligné que l’écrasante majorité des réalisatrices et réalisateurs des films en sélections feront le déplacement, ce qui n’était pas le cas l’an passé. Pour lui, il s’agit d’un signe clair que la communauté se déplacera.
En outre, le choix du 100% physique devrait renforcer fortement l’affluence au MIFA, puisqu’il n’y aura plus d’incertitude sur la présence ou non du reste de l’industrie : les professionnels savent que les autres accrédités seront forcément sur place.

Un programme riche, 3DVF au rendez-vous

Vous l’aurez compris à la lecture de cet article l’édition 2022 promet d’être très dense : blockbusters et films intimistes, projets engagés, divertissement grand public ou longs-métrages de niche, personnalités venues des quatre coins du globe…

3DVF sera évidemment sur place pour couvrir une fois de plus le festival. Nous espérons vous y retrouver également, dans l’atmosphère inimitable d’Annecy !

A Lire également