Accueil » Annecy 2014 : Miss Hokusai de Keiichi Hara

Annecy 2014 : Miss Hokusai de Keiichi Hara

Miss Hokusai
Mercredi dernier, à Annecy, nous avions rendez-vous pour un nouveau Work In progress portant sur un long métrage d’animation japonais : Miss Hokusai. Son réalisateur Keiichi Hara, malheureusement absent lors de cette présentation, avait déjà été primé au Festival d’Annecy en 2011 pour son projet Colorful.

Production IG, à qui on doit autre autres Ghost in the Shell, revient ici  avec l’adaptation du manga Sarusuberi de Hinako Sugiura, très connu au pays du soleil levant. Kakanori Kobori, le responsable de la production, et Francesco Prando, en charge des opérations internationales, sont venues nous dévoiler les premières images de ce long metrage.

Le film dresse le portrait d’un personnage féminin incroyable, resté d’un l’ombre d’un père hors du commun. Le réalisateur se livre également à une minutieuse reconstitution des paysages et coutumes du Japon de 1814. Le spectateur est plongé dans l’univers de la ville d’Edo (désormais nommée Tokyo), au 19 eme siecle. La population de la ville était la plus dense du monde à cette époque, et il y régnait un climat difficile sur un plan politique. Le pays était dirigé d’une main de fer et il était impossible pour les habitants de sortir du Japon. Récupérer des informations, des images d’archives fut une véritable épreuve pour l’équipe de design. En effet, les plus anciennes images remontaient à la fin du 19eme, début 20eme siècle. Pour l’identité visuelle et le rendu Keijichi Hara est allé chercher ses ressources dans l’influence occidentale. Takanori Kobori a diffusé quelques œuvres impressionnistes telles que celle de Monet et Dubssy dont se sont inspirés les graphistes pour créer l’univers. Les toiles La Grande Vague de Kanagawa de Katshushika Hokusai et Night Scene in Yoshiwara de sa fille Katsushika Oei ont été des pièces maitresses dans la conception. Nous avons pu voir de nombreux décors définitifs.

En ce qui concerne le design des personnages, l’héroïne est une femme plutôt fine, dont le caractère est accentué par ses sourcils et cheveux en bataille.

Animer les kimonos est un des principaux défis rencontrer par les animateurs. Ces vêtements typiques du Japon ne sont pas faciles à porter et la déformation n’est pas des plus simples à retranscrire. Un acteur vêtu d’un kimono a servi de modèle aux artistes, afin d’avoir des références réalistes pour les drapés et mouvements du tissu.

Nous avons pu visionner deux extraits de ce film prometteur prévu pour 2015. Les producteurs ont préféré ne pas préciser le budget du projet.

https://medias.3dvf.com/news/films/miss.jpg

A Lire également