Accueil » MAJ – Blue Umbrella, le prochain court des studios Pixar

MAJ – Blue Umbrella, le prochain court des studios Pixar

The Blue Umbrella

Mise à jour du 8 janvier : une nouvelle image du court est disponible ci-dessous (publiée initialement par le Wall Street Journal) ; non visible dans la bande-annonce, elle confirme le parti pris photoréaliste employé par Pixar, avec un soin particulié accordé à la lumière et à la pluie.
Un Tumblr et un compte twitter dédiés au court sont aussi en ligne ; on y trouvera notamment quelques vidéos sur les effets du court, mais il s’agit d’écrans filmés en basse résolution, qui sont surtout destinées à faire du teasing autour du projet, plus qu’à montrer des images de coulisses.
Publication initiale le 7 janvier.

The Blue Umbrella

Le Wall Street Journal dévoile un extrait du prochain court des studios Pixar, The Blue Umbrella. Il sera visible en salles avant les projections de Monstres Academy. La version en ligne du journal donne par ailleurs quelques détails sur le projet :
Le court est isssu de l’imagination de Saschka Unseld, qui travaille chez Pixar depuis 2008. Il a été layout artist sur Toy Story 3, Cars 2 et Rebelle. Le scénario est conforme à celui que l’on imagine au vu de l’extrait : un parapluie bleu croise un parapluie rouge et cherche à s’en rapprocher… Les éléments (rafales de vent, pluie) joueront contre lui.

Contrairement à bien des courts du studio, The Blue Umbrella adopte un parti pris photoréaliste (à l’exception du travail sur les visages des parapluies). Toujours dans le Wall Street Journal, Unseld explique que Pixar a utilisé de l’illumination globale et que certaines scènes, notamment avec des foules dans la rue, ont été très coûteuses en temps de rendu : 20 à 30 heures par frame.
Autre avancée pour Pixar, l’usage du deep compositing, une première. Rappelons qu’il s’agit, lors du compositing, de travailler sur les données avec des informations sur leur profondeur par rapport à la caméra, et plus seulement avec des calques plats.

Lasseter, cité dans l’article, a expliqué que ce court avait été pour Pixar l’occasion d’utiliser des outils déjà utilisés dans le secteur VFX et d’essayer de voir ce que Pixar pouvait en tirer.

A Lire également