Accueil » Relief : Binocle 3D lance TaggerMovie

Relief : Binocle 3D lance TaggerMovie

Binocle 3D, société française qui développe et propose rigs, logiciels ou encore service de prise de vue liés à la stéréoscopie, lance un nouveau produit : TaggerMovie, système d’analyse et correction des défauts du relief.

Par rapport aux systèmes déjà proposés par la société, TaggerMovie se focalise sur le marché du cinéma, de la publicité ou des courts-métrages ; la société développe en parallèle TaggerLive, qui se concentre sur le temps réel, par exemple pour la captation TV d’évènements.

TaggerMovie

Les principaux atouts du système : son encombrement très réduit, sa simplicité de mise en oeuvre et le fait qu’il soit proposé en logiciel seul ou en kit. Il est à voir en premier lieu comme un outil de tournage, qui permet de régler un rig, mais aussi un outil de gestion artistique et technique du relief ; il dispose notamment d’un affichage du budget relief, que l’équipe de tournage pourra ajuster, par exemple, selon le type d’écran auquel se destine le projet.

Voici la description que fait Binocle de son nouveau système :

Binocle 3D TaggerMovie
Enfin un soft de correction de relief adapté
aux documentaires et longs métrages.

Ce n’est plus à démontrer, la qualité du film 3D fait  désormais partie des objectifs des productions.  Si elles ne sont pas traitées, les disparités verticales entre les deux images œil gauche/œil droit provoquent  chez le spectateur  une véritable gène, voire des maux de tête.  Il en va donc de son confort et depuis une douzaine d’années Binocle 3D n’a pas ménagé ses efforts pour lutter contre  » la mauvaise 3D « .  Malgré le soin dans l’appairage  et le calage sur les rigs des caméras et des optiques, ces disparités ont la vie dure et seul un logiciel de correction en vient à bout. Binocle 3D s’attaque au problème dès le tournage en proposant aux stéréographes un outil facilement utilisable sur le terrain en documentaire, long métrage ou pub, le TaggerMovie.
Nouveauté 2012, ce software hier encore encombrant tourne désormais sur un simple MacBook relié à une carte Blackmagic UltraStudio 3D en connexion Thunderbolt où arrivent les deux flux SDI des caméras.
En un clin d’œil, le stéréographe choisit le relief désiré en paramétrant les limites du  » depth Budget « , qui représente la quantité de jaillissement et de profondeur de la scène.  Un ensemble d’alertes sous forme de tags colorés le prévient des dépassements de ces limites, qu’il peut corriger par ses réglages d’entraxe ou de convergence.

Infos complémentaires : contact@binocle.com

A Lire également