Accueil » Annecy 2015 : Le Voyage d'Arlo, nos premières impressions

Annecy 2015 : Le Voyage d'Arlo, nos premières impressions

Le Voyage d'Arlo

Mardi dernier, Pixar dévoilait à Annecy des images exclusives du film Le Voyage d’Arlo, réalisé par Peter Sohn. Ce dernier était bien évidemment présent, et est revenu sur la genèse du projet, mais aussi sur son parcours.
Malheureusement, Pixar souhaite pour le moment préserver le mystère autour du film : nous ne pourrons pas vous montrer ce qui a été dévoilé.

Peter Sohn : de New York à Pixar

Peter Sohn a grandi à New York, entouré de ses deux parents immigrés de Corée qui tenaient une épicerie. Très tôt, il s’est intéressé au cinéma, au travers de séances auxquelles l’emmenait sa mère. Cette dernière ne parlant pas bien l’anglais, elle ne comprenait le plus souvent strictement rien à l’intrigue… A l’exception des films d’animation Disney, au langage plus visuel.
Plus tard, Peter Sohn entra à la School of Visual Arts de New York, puis à California Institute of the Arts, avant de rejoindre les studios Disney, Warner et enfin Pixar.
De façon assez classique, il a occupé de nombreux rôles au sein du studio : story artist, production artist, animateur, doubleur (la voix d’Emile dans la VO de Ratatouille), et enfin réalisateur sur le court Passages Nuageux (Partly Cloudy en VO).

Le Voyage d'Arlo

Le Voyage d’Arlo : la nature comme personnage

Après cette entrée en matière, place au film : nous avons eu droit à plusieurs extraits du Voyage d’Arlo, ainsi qu’à des détails sur le scénario.

Arlo est issu d’une famille d’apatosaures fermiers, dans un monde alternatif où les dinosaures n’ont pas disparu. Tombé dans une rivière par accident, il sera emporté des centaines de kilomètres plus loin, et n’aura dès lors qu’une seule pensée : retrouver les siens.
En chemin, il croisera Spot, un jeune garçon préhistorique.
Les thèmes qui en découlent sont classiques : découverte de soi, affrontement de ses propres peurs, amitié, amour.

Visuellement, Arlo a un design très cartoon, proche de celui des artworks qui illustrent cet article ; le traitement de Spot est similaire, et ce dernier a un caractère plus proche d’un chien que d’un humain moderne.

Face à ce duo, un troisième personnage : la nature, dans son immensité. Peter Sohn explique en effet avoir cherché à en faire un véritable personnage supplémentaire. Les étendues (rivière, montagne, forêts) sont mises en valeur par un traitement réaliste, ce qui contraste d’ailleurs avec l’aspect presque cartoon des deux héros. Ces ingrédients, curieusement, ne détonnent pas, et forment un tout cohérent.

Nous avons aussi pu découvrir quelques personnages secondaires : de nombreuses créatures sont présentes, certaines pacifiques, d’autres moins. On notera la présente de Thunderclap, un reptile volant, mais aussi de vélociraptors… Avec des plumes ! Ces dernières ont d’ailleurs servi aux artistes pour réaliser des « coiffures » à ces dinosaures.

Sur le plan technique, le film fait encore appel au moteur de rendu Reyes de RenderMan : il faudra attendre Le Monde de Dory pour voir RIS en action dans une production Pixar.

Un aperçu prometteur

Les plans que Peter Sohn nous a présentés sont prometteurs : le style fait mouche, et l’animation aussi, comme l’a prouvé la réaction du public sur une scène triste du film (nous éviterons d’en dévoiler les détails ici pour ne pas en gâcher les effets).

Le projet nous semble en très bonne voie, ce qui est rassurant au vu des problèmes rencontrés durant la production : réécriture profonde du scénario, remplacement du réalisateur initial Bob Petersen.
On regrettera d’ailleurs que Peter Sohn ne soit pas revenu sur cet aspect du film. Malheureusement, le format de la conférence se prête mal à l’évocation de difficultés créatives.

Reste que Le Voyage d’Arlo nous a séduits, et il nous tarde de voir d’autres images du film, qui sortira en fin d’année 2015.

A Lire également