Accueil » Hullabaloo : des artistes Disney lancent un projet d’animation 2D

Hullabaloo : des artistes Disney lancent un projet d’animation 2D

Hullabaloo

James Lopez, animateur disposant de pas moins de 25 ans d’expérience en animation (il a travaillé sur Le Roi Lion, Pocahontas, Hercules, Paperman…), dévoile son nouveau projet : Hullabaloo, un film en animation 2D traditionnelle.

Lopez est accompagné de nombreux autres artistes du milieu : les animateurs Bruce Smith, Rick Farmoloe, Minkyu Lee, Sandro Cleuzo, Sarah Airriess, la final line artist Alexa Summerfield Goriup, les modeleurs 3D Joffery Blanc et Leo Oliveto, la productrice Evelyn Kriete…

Leur objectif est de montrer que l’animation à l’ancienne n’est pas morte, au travers d’un long-métrage fortement imprégné de steampunk.

Voici le synopsis :

Veronica Daring, jeune scientifique brillante, rentre chez elle après avoir terminé ses étude dans une école de haut niveau. Mais son père, inventeur excentrique, a disparu… Un indice amènera Veronica à chercher du côté d’un parc d’attraction abandonné, où son père testait des inventions à vapeur. Veronica y rencontrera Jules, une étrange jeune fille et inventrice qui acceptera de l’aider à retrouver son père.

Ensemble, elles découvriront qu’une organisation a kidnappé le père de Veronica dans le but de lui voler sa dernière invention, qu’ils comptent utiliser à mauvais escient. Riches et puissants, les kidnappeurs ne peuvent être affrontés à visage découvert : c’est donc masquée et sous l’identité secrète de Hullabaloo que Veronica cherchera à stopper leurs plans.

Les deux personnages principaux sont donc féminins, un choix assumé : l’équipe indique qu’en plus de vouloir « sauver l’animation 2D », leur but est de proposer un film qui incitera les jeunes filles à se tourner vers la science et l’aventure.

Bien évidemment, un long-métrage 2D demande un budget important. C’est là qu’intervient une levée de fonds qui vient d’être lancée : non pas pour financer le film complet, mais pour permettre à l’équipe de créer un court-métrage qui leur permettra de convaincre des investisseurs.

L’équipe demande 80 000 dollars, une somme qui sera sans nul doute atteinte : à 29 jours de la fin de la levée de fonds, 63 000 dollars ont déjà été rassemblés.
Des « stretch goals » ont donc été mis en place : si les dons sont suffisants, l’équipe réalisera un, voire deux autres courts, et fera appel à un orchestre pour la musique.

Les donateurs pourront, selon le montant, accéder au blog de production, télécharger le court finalisé et la bande originale, recevoir des goodies, dessins signés et art books.

La page du projet donne de nombreux autres détails.

Equipe

A Lire également