Accueil » iFace 3D : scan 3D low-cost de visage sur iPhone

iFace 3D : scan 3D low-cost de visage sur iPhone

L’application iPhone iFace 3D, dont nous vous parlions en mars, est disponible sur l’App Store d’Apple.
Rappelons que cette application, développée par la société française Digiteyezer, propose de recréer un modèle 3D de votre visage, de façon assez simple, et uniquement depuis un iPhone.

L’application est clairement orientée grand public, avec un mode opératoire simple, mais aussi un prix adapté (3€). Par rapport à iScan 3D, application également développée par Digiteyezer mais visant le secteur pro, iFace 3D bénéficie d’une qualité de modélisation légèrement inférieure. iScan 3D est de plus axée sur la numérisation de tout objet, pas uniquement les visages.

Dans la pratique, l’application demandera à un utilisateur de tourner autour du cobaye dans un mouvement semi-circulaire. Une vidéo incluse dans iFace 3D donne des indications précises sur la marche à suivre (pas de lunettes, éviter le plein soleil pour ne pas avoir d’ombres, travailler dans un lieu avec suffisamment de luminosité, ne pas bouger, etc). Il faut ensuite mettre en ligne les données sur les serveurs de Digiteyezer, et l’application envoie une alerte lorsque les données sont traitées, ou en cas d’échec de traitement.

Bonne nouvelle, l’export est supporté sans surcoût : version WebGL sur le site de Digiteyezer, modèle .obj texturé, ou encore VRML (.wrl).
Voici par exemple la version WebGL du modèle fourni par défaut dans l’application.
Attention, comme la société prend le parti d’effacer les données au bout d’une semaine environ (notamment pour des raisons de vie privée), la page WebGL d’un modèle est éphémère. Fouiller dans le code source permettra cependant de récupérer le code associé au modèle, et donc de pouvoir réutiliser le tout ailleurs.
Du côté de la texture, elle est stockée en 1024×1024, et sous une forme de visage déplié, assez classique, ce qui permettra de facilement éditer ou paufiner le tout dans votre éditeur d’images préféré. Une bonne chose, puisque l’application ne numérise pas 100% du visage : la couleur de toute la partie arrière, et le dessus, sont interpolés.
La modélisation est également moins fine :

iFace3D

Notons enfin que l’application propose de rajouter divers chapeaux à son personnage, là encore dans une optique grand public. On peut imaginer que les prochaines versions étendront le nombre d’accessoires.

Puisque Digiteyezer était présent lors de Dimenson 3 (dont nous vous reparlerons très vite dans un dossier spécial), nous avons pu poser quelques questions sur iFace 3D, mais également iScan 3D :
– L’application iFace 3D se positionne principalement en vitrine de la société ; un positionnement logique et conforme au prix de vente très bas.
– En ce qui concerne iScan 3D, plus généraliste et axée vers les utilisateurs pro, nous avons demandé si la tarification (une centaine d’euros à l’achat, puis quelques modèles traités gratuitements, suivis d’un système de crédits) ne posait pas problème : le prix initial peut en rebuter certains…
Au contraire, répond Digiteyezer, le frein est volontaire : le but est d’écarter volontairement le grand public, pour viser les utilisateurs ayant déjà des compétences 3D, et capables de respecter des consignes précises pour le scan. Le but est aussi d’avoir un développement contrôlé de la base utilisateurs, de façon à conserver un temps de reponse optimal sur les serveurs.
– La question de l’utilisation d’appareils photos plus performants se pose également, mais Digiteyezer indique avoir effectué des tests… Peu concluants, en particulier avec des utilisateurs qui ne respectaient pas les consignes. Conséquence, une masse importante de données à traiter inutilement…
L’idée est donc écartée pour le moment, de même qu’une version desktop (et non, comme actuellement, un calcul 100% en ligne du modèle), pour des raisons de moyens humains (la société est-rappelons le, une petite start-up).
La société envisage par contre la possibilité de développer des partenariats avec des éditeurs de logiciels existants. Il est vrai que pouvoir accéder à un visage numérisé dans des logiciels comme Poser ou ZBrush (pour servir de modèle de base) pourraient avoir du sens.

Enfin, en ce qui concerne le futur des développements, de nombreuses applications liées au visage numérique sont envisagées : essayage de lunettes, coiffure, maquillage, applications médicales (chirurgie plastique, création de masques pour les personnes souffrant d’apnée du sommeil), etc.
Nous avons demandé si des applications en lien avec l’animation étaient envisagées (création d’un avatar animé automatique, ou d’un modèle 3D automatiquement riggé, par exemple) : Digiteyezer se dit là encore ouverte à des partenariats pour explorer ces possibilités.

Pour en savoir plus :
iFace 3D sur l’app Store ;
Site de la société.

A Lire également